mercredi 29 juin 2011

Toujours cet unique rêveur qui gambade jusqu'à l'aube dans des abris enjoliveurs où les nymphettes aux cheveux argentés ont la haute main, loin des bâtisses pleines de transpiration, du technicolor et des réalistes malléables.




1 commentaire: