mardi 14 juin 2011

Et Dieu déclama: "Pardonne-moi, Univers car j'ai pêché."

The Wolf
Et ces blocs de pantins enduits de peinture blanche flétrie, boisés dans un goudron encore humide tandis que de Ses mots s’abreuvent toujours leur écorce et que le ciel se repentit deux fois.

Il y a là-haut un Dieu ivre de me condamner pour n’avoir jamais cru en son existence ; un visage blafard, des yeux luisants où les cendres égarées du monde raflent l’Ether promis, et un talon d’Achille tatoué « Fabriqué aux Enfers » en Times New Roman.

Mais aujourd’hui il inonde son peuple de ses propres larmes. Qu’il en soit ainsi, un pêcher est un pêcher, il se retrouve seul comme au commencement, le visage blafard, les yeux luisants où les cendres égarées du monde raflent l’Ether promis, et le talon d’Achille tatoué « Fabriqué aux Enfers » en Times New Roman. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire